Nymphéas Noirs de Michel Bussi

Sous les bons conseils d’une copine de fac de Lettres, je me suis attaquée à la lecture des Nymphéas noirs de Michel Bussi, auteur que je ne connaissais pas, mais qui va sans aucun doute venir orner ma bibliothèque désormais.

L’histoire

3 femmes : Fanette, Stéphanie et la vieille dame. L’histoire se déroule dans le village de Giverny, village français situé en Normandie. Cette petite commune est principalement connue pour la maison et les jardins de Claude Monet, grand peintre impressionniste du 17ème siècle. Tout commence par un meurtre, et de nombreux mystères…

Je suis énormément adepte de ce type d’histoire et je vous avoue qu’en lisant le résumé du livre, j’ai tout de suite compris que ça allait me plaire.

Ce que j’ai aimé

Le mystère et le suspens, c’est ce que je préfère lorsque je me plonge dans un livre.
Ce bouquin m’a donné des sueurs froides. Jusqu’aux dernières pages, l’histoire est vraiment captivante. On a toujours envie d’en savoir plus, d’arriver à la fin pour connaître le comment du pourquoi. D’éclaircir certaines choses et voir si l’hypothèse que l’on a construite est juste ou non.

Ce que j’ai moins aimé

Depuis le lycée, j’ai toujours eu un problème avec les romans et leurs descriptions qui prennent 26 pages.
C’est un petit peu ce que je reproche à l’ouvrage de Michel Bussi. Certains passages étaient longs, beaucoup trop longs.
Alors certes, intéressants, puisque l’histoire se passant à Giverny, il y a énormément de passages qui tournent autour de Monet, de ses tableaux, des Nymphéas Noirs etc…

Cependant, je ne crache pas totalement dessus, j’ai beaucoup appris sur Monet. Mais certaines descriptions étaient beaucoup trop longs et ennuyeuses à mon goût. J’ai énormément de mal avec ces lignes et ces lignes qui s’enchainent sans s’arrêter.

Dans la globalité, j’ai trouvé ce livre vraiment très bon et très appréciable. Je l’ai lu assez rapidement, et je n’ai pas souvent décroché. Je le recommande donc fortement.


 

Pour se procurer le livre, cliquez sur l’image
« Le jour paraît sur Giverny.
Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes… Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l’une, les yeux couleur nymphéa, rêve d’amour et d’évasion ; l’autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au cœur d’un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé… »