Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

[mc4wp_form id="6"]

Lecture | La vérité sur l’Affaire Harry Quebert

Posted on 2

Hello tout le monde,

Aujourd’hui, un tout nouvel article Lecture, et pas des moindres. Je me suis récemment attaquée à l’enooooorme livre de Joël Dicker, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert.

J’en avais entendu parlé, il y a belles lurettes, mais je n’avais jamais trop osé mettre le nez dedans. Les gros livres, très très épais, me font souvent peur. Puis, j’ai entendu qu’à la rentrée prochaine, il était prévu qu’une série sur TF1 soit adaptée du roman, avec Patrick Dempsey. Et comme j’aime bien lire avant de regarder les adaptations… Plus le choix. J’ai donc acheté ce fameux pavé et j’ai commencé à mettre le nez dedans. Et j’ai eu du mal à en ressortir.

L’affaire Harry Quebert

Résumé du roman

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.

Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

 

Mon avis global sur le livre

Je pense, sans me tromper et sans vous mentir, que c’est sans aucun doute l’une de mes lectures favorites de toute ma vie de lectrice.

Vraiment.

Je n’ai jamais lu 855 pages aussi rapidement de toute ma vie. J’en rêvais même la nuit tellement cette histoire m’a happé, parfois étonnée, parfois même écoeurée. Toutes les émotions y sont passées, et pas une seule fois je n’ai eu envie de fermer le bouquin. Plus j’avançais dans les pages, plus je voulais en savoir plus. Connaître la suite. Lire les prochaines pages.

J’ai vraiment un ENORME coup de coeur pour cette lecture. J’aurais voulu qu’elle ne se termine jamais, tellement elle était prenante et saisissante.

Pour la suite de l’article, si vous souhaitez être totalement dans l’inconnu et totalement surpris, je vous invite à ne surtout pas lire ce que je m’apprête à écrire.

Il n’y a aucun spoile du roman ou de son dénouement, mais je vais aller plus loin dans ce que j’ai ressenti sur le roman, qui pourrait peut-être, effectivement vous orienter et vous « spoiler » sans trop le vouloir. Alors si vous souhaitez un effet surprise garantie, revenez lire la suite de mon article lorsque vous aurez fini le roman.

Si par contre, vous souhaitez vraiment connaître mon avis en profondeur, continuez la lecture 🙂

Un roman parfaitement mené

Surprise, malaise et stress

Ce sont les 3 émotions que j’ai ressenties tout au long de ma lecture : de la surprise, certains malaises et beaucoup de stress.

La surprise est ce que je préfère dans les romans. J’aime que lorsque l’auteur m’emmène à un endroit où je ne m’attendais absolument pas à être amené. Lorsqu’un personnage, qui paraissait inutile à l’histoire, se trouve finalement être un élément déclencheur clé. Lorsque l’on est mené en bateau du début à la fin. Et Joël Dicker le fait extrêmement bien.
J’avais vraiment peur de me retrouver face à un roman trop détaillé (850 pages ce n’est pas rien), avec quelques passages un peu inutiles. Et c’est tout le contraire. Chaque passage, chaque mot, chaque phrase prononcée par les personnages à son importance. Et c’est ce qui rend la lecture si intense.

J’ai également ressenti beaucoup de moments où je me suis sentie très mal à l’aise. Je ne spoilerai rien, mais nous sommes sur une histoire assez « sordide », étrange et peu commune qui parfois, m’a mise très mal à l’aise.
Après, je reconnais que je suis un peu petite nature…

Mais ce que je retiens le plus de cette lecture, c’est le stress qu’elle m’a procuré. Et j’adore quand une lecture me procure ça. J’étais en pression tout au long de l’histoire. A me poser de nombreuses questions, à tenter de comprendre les choses par moi-même. Je me suis fait un bon nombre de théories dans ma tête et AUCUNE n’étaient bonnes. Et ça, j’ADORE. Contrairement à ma lecture de Famille Parfaite de Lisa Gardner, où je trouve qu’il est relativement facile de vite comprendre la fin du livre (et que j’avais d’ailleurs trouvé très décevant), ici, vous pourrez essayer toutes les théories du monde, vous ne trouverez jamais la réponse tellement la vérité est juste impensable et exceptionnelle.

L’amour dans toute sa splendeur

Ce roman est également une parfaite démonstration de l’amour sous tous les angles : l’amour impossible, l’amour parents et enfants, l’amour destructeur ou l’amour pour ne pas rester seul. Si il s’agit bien entendu d’un roman policier dans toute sa splendeur, c’est aussi un beau roman d’amour qui nous dépeint toutes les façons d’aimer, les perceptions des uns et des autres, et surtout, jusqu’où, l’amour peut mener une personne dans ses choix et ses agissements.

Du suspens comme je les aime

« Lorsque vous arrivez en fin de livre, Marcus, offrez à votre lecteur un rebondissement de dernière minute.
– Pourquoi ?
– Pourquoi ? Mais parce qu’il faut garder le lecteur en haleine jusqu’au bout. C’est comme quand vous jouez aux cartes : vous devez garder quelques atouts pour la fin »

Et c’est exactement ce qu’il s’est passé avec « La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert ». Du rebondissement, il y en a eu et tout au long du roman.

Les dernières pages, sont quant à elle, parfaites ! Alors que l’on pense que la fin se rapproche… Que neni. Nous voilà embarqués une fois de plus dans cette folle histoire. L’impression que cela ne finira jamais et on veut effectivement que cela ne se termine pas.

Alors si comme moi, vous aimez les romans à suspens, à rebondissement et recevoir une claque en pleine face. Lisez ce livre de toute urgence !

 

Pour ceux qui l’ont lu, qu’en avez-vous pensé ?


« Un bon livre Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l’effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d’un sentiment puissant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu’à tout ce qu’il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcu, est un livre que l’on regrette d’avoir terminé ».


signature
2 Comments
  • kimiette
    novembre 27, 2018

    Bonjour, j’ai adoré ce livre 🙂
    Mais par la suite j’ai été un peu déçue des autres du même auteur (trop d’attentes)
    chouette article en tout cas, merci.
    J’ai découvert ton blog grâce à learntobehappy 🙂

    • Amélie
      novembre 28, 2018

      Hello 😀
      Ah j’hésites effectivement à lire les autres de ce même auteur par peur d’être déçue également. On m’a tout de même conseillé Baltimore qui est apparemment pas mal. Mais je me tate vraiment … :/

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *